Feuilllle, Itin'Errance et Natur'Ailes

correspondance et essais, partage et échange, effeuillage au quotidien, voyages et transhumance, nature et poésie...

24 janvier 2016

Grandir...

 

 

Lorsque j'étais petite enfant, je croyais que la Terre était immense, et qu'il ne serait jamais possible de la voir toute.

Je regardais les étoiles, et me demandais avec étonnement pourquoi nous étions tous, nous Humains, si perdus dans cet espace - immense lui aussi, et encore plus infini, puisque non mesurable à nos yeux.

J'ignorais alors, de ma campagne si fertile et si rustique, que notre race allait bondir en l'espace d'une insignifiante génération, de l'industriel au nucléaire, du bois au plastique, du phare au laser, et plus prosaïquement et quotiennement, de l'eau froide à l'eau chaude.

Des poëles à bois et du porte-plume, du cuvier en zinc et des précieux timbres, nous sommes passés si vite - le temps pour une enfant de grandir et d'en faire naitre à son tour, qui eux-mêmes ont procréé ...  aux chauffages modernes et au "Bic",  au Jacusy" et au NET.

Durant tout ce temps, notre planète est devenue comme "plus- petite" à mes yeux, car j'ai voyagé (et je continue) et la cerner est possible actuellement, et les images, les noms et les mesures des cieux se partagent abondamment.

Le plus amusant, c'est que je constate aujourd'hui en souriant que oui, je ne la verrai jamais toute, cette si chère Terre, et que l'espace est toujours autant infini, même si nous arrivons à le définir et nous y situer tout de même un peu.

Mais le plus étonnant, c'est que je m'y sens de moins en moins perdue.

Sourire...

 

 

Posté par feuilllle à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire